Sucre et hyperactivité: mythe ou réalité?

La fête d’Halloween avance à grands pas et représente un des évènements les plus attendus par les enfants autour du monde. En effet, les enfants déguisés s’excitent à l’idée ramasser bonbons et friandises. Malgré cet engouement, les inquiétudes des parents font également surface quant à la consommation de sucreries et de leur impact sur la santé ou le comportement. Au fait, une partie de cette question mérite d’être posée : est-ce que l’ingestion du sucre pourrait être liée à une augmentation des symptômes d’hyperactivité chez les enfants?

La réponse ? Non, aucun lien n’existe entre sucre et hyperactivité. La perception selon laquelle le sucre cause l’hyperactivité représente un des mythes les plus répandus ; il a toutefois été réfuté à plusieurs reprises par des études scientifiques. En effet, le Dr Tom Robinson, directeur du Center for Healthy Weight du Lucile Packard Children’s Hospital de Standford, rapporte que la consommation de sucre ne causerait pas des symptômes d’hyperactivité. Cette perception populaire serait plutôt attribuable à un effet placebo ayant déjà fait l’objet de nombres études scientifiques. Dans le cadre d’une de d’entre elles, des chercheurs ont rapporté à un groupe de parents que leurs enfants avaient consommé une boisson gazeuse, puis à un autre groupe de parents que leurs jeunes avaient consommé du soda à saveur artificielle, sans sucre. Tous les parents ont ensuite été invités à évaluer, à l’aide d’un questionnaire, le niveau d’agitation chez leurs jeunes depuis le moment de leur consommation. Sans surprise, les parents d’enfants croyant que leurs enfants avaient consommé des boissons gazeuses ont noté significativement plus de comportements hyperactifs chez leurs jeunes que les parents de l’autre groupe. Le hic? Aucun enfant n’avait réellement consommé de boisson gazeuse; tous avaient plutôt consommé du soda à saveur artificielle, sans sucre.

La morale de l’histoire? D’autres facteurs que la consommation de sucre seraient plutôt à l’origine de ce mythe. Notamment, les attentes des parents, l’effet placebo et les perceptions erronées, l’excitation-même qui accompagne la fête d’Halloween chez les enfants, voire différents mythes véhiculés au travers du temps par la société. Bien qu’étonnants, les résultats de cette étude ont été reproduits à maintes reprises, et nombre d’autres recherches n’ont trouvé aucune association entre sucre et hyperactivité. Or même si aucun lien n’existerait entre sucre et hyperactivité, il demeure prudent de limiter la consommation de sucre à l’Halloween pour réduire les risques d’obésité et de diabète, ainsi que les problèmes de caries.

Source: http://scopeblog.stanford.edu/2012/10/31/debunking-a-halloween-myth-sugar-and-hyperactivity/