L’association de la psychothérapie et des antidépresseurs

La dépression et les troubles anxieux touchent chaque année un nombre croissant de Canadiens. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, 5 % de la population souffre de troubles anxieux, tandis qu’environ 8 % des Canadiens souffriront d’une dépression majeure à un moment ou à un autre de leur vie. Les traitements pour ces deux types d’affections sont similaires et peuvent être très efficaces pour réduire les symptômes jusqu’à la rémission. Il s’agit de traitements pharmacologiques, tels que les antidépresseurs pour soulager l’individu, ou de traitements psychologiques, tels que la psychothérapie.

Il a été observé qu’il existe une synergie entre les médicaments et la psychothérapie. En effet, une analyse combinant plusieurs études comparant les effets des médicaments seuls aux effets de la thérapie combinée avec la psychothérapie a conclu que la combinaison était significativement plus efficace pour le traitement de la dépression majeure et de certains troubles anxieux, notamment le trouble panique et le trouble obsessionnel-compulsif. Selon l’analyse, un plus grand nombre de patients ont obtenu une rémission et ce, plus rapidement avec le traitement combiné. De plus, cette stratégie combinant psychothérapie et antidépresseurs semble être encore plus efficace chez les patients plus âgés.

À la lumière des résultats de cette analyse, l’Association des psychiatres du Canada et le Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments considèrent la psychothérapie, en particulier les types “cognitif-comportemental” et “interpersonnel”, comme un traitement de première ligne pour les traitements aigus et d’entretien contre la dépression et les troubles anxieux. Alors que la thérapie cognitivo-comportementale cible des symptômes spécifiques à l’aide d’exercices pratiques et d’interventions du thérapeute, la thérapie interpersonnelle vise à aider le patient à reprendre le contrôle de son humeur en abordant les relations interpersonnelles et la manière dont l’entourage peut l’aider à atteindre cet objectif.

Il existe au Québec des cliniques spécialisées dans ce type de traitement, qui peut être partiellement pris en charge par certains assureurs privés. Si la psychothérapie peut sembler intimidante pour certains, il ne faut pas hésiter à recourir à cette option thérapeutique, car elle a des effets positifs et complémentaires sur l’objectif principal, qui est d’obtenir une rémission !

Références :

1 – Cuijpers P, Sijbrandij M, Koole SL, Andersson G, Beekman AT, Reynolds CF. Ajout d’une psychothérapie aux antidépresseurs dans les cas de dépression et de troubles anxieux : une méta-analyse. Psychiatrie mondiale. 2014;13(1):56-67. Disponible à l’adresse suivante : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3918025/

2 – Lam RW, Kennedy SH, Grigoriadis S, McIntyre RS, Milev R, Ramasubbu R, Parikh SV, Patten SB, Ravindran AV ; Réseau canadien pour le traitement de l’humeur et de l’anxiété (CANMAT). Lignes directrices cliniques du Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) pour la prise en charge du trouble dépressif majeur chez l’adulte. III. Pharmacothérapie. J Affect Disord. 2009 Oct;117 Suppl 1:S26-43. Disponible à l’adresse suivante : http://www.canmat.org/resources/CANMAT%20Depression%20Guidelines%202009.pdf